WINTZENHEIM 14-18

La maison Andrès


Pendant la Première Guerre mondiale, Wintzenheim n'était pas zone de combats mais servait de base arrière à l'armée allemande. Les soldats vivaient dans le bourg et bien des bâtiments étaient réquisitionnés pour les besoins des militaires.

Si les simples soldats cantonnaient dans les salles communales ou chez l'habitant, les officiers se réservaient les belles demeures, comme la maison Andrès qui se trouvait à l'angle ouest de la rue Clemenceau / rue du Galz.

Le fils Auguste Andrès était chimiste mais également photographe, et développait ses clichés dans son propre laboratoire. Il était aux premières loges pour fixer sur la pellicule les officiers allemands qui logeaient dans la propriété familiale.

Avec ses amis Jules Rudloff (le fils du sculpteur qui a créé le monument aux morts en 1921) et Auguste Haeffele (né en 1889, il deviendra maire en 1953), Auguste Andrès avait créé vers 1915 le premier club-photo de Wintzenheim. C'est à ce trio que nous devons la plupart des photos de Wintzenheim réalisées durant la Grande Guerre.

Photo Andrès 034

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
Cinq officiers allemands qui logeaient dans cette belle demeure.

(collection Guy Frank)

Photo Andrès 035

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
Deux officiers allemands à cheval.

(collection Marc Haeffelé)

 

Photo Andrès 038

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
Officier allemand du 92e régiment d'infanterie de réserve de Braunschweig.

(collection E.S.)

 

Photo Andrès 036

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
Officier bavarois.

(collection Marc Haeffelé)

 

Photo Andrès 039

1915 - Devant la maison Andrès.

Un officier allemand coiffé de son casque à pointe, en compagnie de son adjoint, descend la rue Principale, se faisant admirer par les habitants.
A gauche, le Bachla, la rigole alimentée par une déviation de la Fecht. Après avoir desservi le Waschhüss (lavoir fermé aujourd'hui disparu) au 111 rue Clemenceau, cette eau descendait tout le long de la rue Principale et irriguait la Stiermatt, actuellement faubourg des Vosges.

(collection Guy Frank)

 

Photo Andrès 040

1915 - Près du 96 rue Clemenceau.
Cavaliers allemands descendant la rue principale.

(collection Marc Haeffelé)

Photo Andrès 037

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
L'abbé Joseph Meyer, président fondateur de la société de gymnastique Constantia, avec des officiers bavarois.

(collection Guy Frank)

 

Photo Andrès 041

1915 - Devant la maison Andrès.
Sous-officiers allemands : au centre, un uhlan bavarois avec ses guêtres de cavalier. La petite fille debout devant le 103 rue Clemenceau s'appelait "Elsala".

(collection Guy Frank)

 

Photo Andrès 042

Hiver 1915-16 - Derrière la Chapelle Notre-Dame.
Les officiers de la cavalerie allemande, logés dans la maison Andrès, s'entraînent sur les prés derrière la chapelle toute proche.

(collection Guy Frank)

 

Photo Andrès 043

Hiver 1915-16 - Derrière la Chapelle Notre-Dame.
L'un des officiers de la cavalerie allemande, logés dans la maison Andrès, s'entraîne sur les prés derrière la chapelle toute proche. A l'arrière de la selle, on distingue sa baïonnette-dague d'officier.

(collection E.S.)

 

Photo Andrès 044

Hiver 1915-16 - Derrière la Chapelle Notre-Dame.
L'un des officiers de la cavalerie allemande, logés dans la maison Andrès, s'entraîne sur les prés derrière la chapelle toute proche.

(collection E.S.)

Photo Andrès GF055

1915 - Officiers allemands
dans le jardin de la maison Andrès.

(collection Guy Frank)
 

Photo Andrès 045

1916-17 - A l'arrière de la maison Andrès.
Moment de détente : les officiers allemands qui logent dans la maison Andrès posent autour de l'étang situé sur la propriété. A l'arrière, les tissages Haussmann (actuelle rue du Galz), à droite le rucher.

(collection E.S.)

 

Photo Andrès 046

1914-18 - A l'arrière de la maison Andrès.
Officier allemand qui semble blessé au bras droit. Au fond du jardin, un calvaire et une volière.

(collection E.S.)

Photo Andrès GF057

Aumôniers militaires et réservistes allemands
devant la maison Andrès.

(collection Guy Frank)
 

Photo Andrès 048

1915 - Dans la cour de la maison Andrès.
Un cavalier de la Reservekavalerieabteilung 8 bavaroise en uniforme de uhlan. Les unités de cavalerie (uhlans, dragons, chasseurs à cheval) n'étaient pas nombreuses dans la région ; elles étaient chargées de missions de déplacements entre le front (secteur de Munster) et l'arrière (Colmar et ses environs) ainsi que de missions d'escorte (de prisonniers, de patrouilles, de messagers).

(photo extraite de "Scènes de tranchées dans les Vosges - La mémoire des photos et des cartes postales 1914-1916" - Éric Balmier et Daniel Roess - Éditions du Rhin 2002)

 

Photo Andrès 054

Juillet 1915 - Devant la maison Andrès.
Un muletier allemand de la 3e compagnie du 22e RJR avec un âne et une mule. Derrière lui, la maison du 103 rue Clemenceau.

(collection E.S.)

Photo Andrès 049

Devant la maison Andrès. Soldat du b RIR 18 (18e régiment d'infanterie de réserve bavarois). Le grand bâton qu'il  tient dans sa main était un accessoire typique des troupes de montagne ; il leur conférait une allure dont elles étaient fières. Le soldat porte à la bretelle le fusil Mauser 98, l'arme la plus moderne de l'époque, qui supplantait le Lebel 86 modèle 93 français en rapidité d'approvisionnement. Il porte aussi à la ceinture de volumineuses cartouchières modèle 1909 contenant 90 cartouches.

(photo extraite de "Scènes de tranchées dans les Vosges - La mémoire des photos et des cartes postales 1914-1916" - Éric Balmier et Daniel Roess - Éditions du Rhin 2002)

Photo Andrès GF016

1915 - Popote militaire allemande
dans les dépendances de la maison Andrès.

(collection Guy Frank)
 

Photo Andrès 055

1915 - Devant la maison Andrès.
Le jour où les cuisines roulantes se mirent en route pour les champs de batailles de la vallée de Munster, le photographe n'a pas manqué de fixer l'image.

(collection Guy Frank)

Photo Andrès GF088

1918 - Appariteur Stoessel.
Du temps de l'Empire allemand, il battait le tambour pour faire les annonces. Sur cette photo devant la maison Andrès datant de 1918, il porte l'uniforme allemand et sonne la cloche.

(collection Guy Frank)

Maison Andrès à Wintzenheim

La propriété de la famille Andrès redessinée d'après le plan cadastral de 1915 conservé aux Archives Municipales de Wintzenheim.

L'étang était alimenté par une dérivation du "Waschbàch". L'eau s'écoulait ensuite vers la rue Principale.

(Guy Frank)

Copyright SHW 2014 - Webmaster Guy Frank 

E-mail : contact@knarf.info


Retour au Sommaire

WINTZENHEIM 14-18