WINTZENHEIM 14-18

La chronique de l'école des filles

Texte expliqué et illustré


Suite au Traité de Francfort signé entre la France et l'Allemagne le Même si leur cœur a toujours battu pour la France, les sœurs enseignantes étaient soumises [

Chronique de l’école pour l’école des filles à partir du 1.11.13

Les Sœurs enseignantes de Wintzenheim juste avant la Première Guerre Mondiale. Assise au milieu, la supérieure Sœur Pierre (Louise Mathias)
venue le 29 octobre 1913 d'Achenheim près de Strasbourg où elle dirigeait la Communauté depuis le 15 octobre 1906.
(collection Guy Frank)

PRESENTATION DE L'ECOLE DES FILLES

Introduction

Le 29 octobre 1913 Sœur P. Mathias est appelée à Wintzenheim comme directrice d’école, venant d’Achenheim, arrondissement de Strasbourg, où elle exerçait comme directrice d’école depuis le 15 octobre 1906.

L’école des filles [de Wintzenheim] comprenait alors 5 classes, 5 maitresses d’école y exerçaient. Une école maternelle avec 2 enseignantes y était adjointe. L’école élémentaire comptait alors 180 écolières qui se répartissaient ainsi :
Ière classe : 33 écolières, directrice d’école Sœur P. Mathias
IIe classe : 40 écolières, maîtresse Sœur A. Studer
IIIe classe : 54 écolières, maîtresse Sœur Ph. Adam
IVe classe : 29 écolières, maîtresse Sœur J. Steinmetz
Ve classe : 24 écolières, maîtresse Sœur K. Marbach
L’école maternelle comptait 130 enfants qui se répartissaient comme suit :
Ière classe de l’école maternelle : 76 dont 35 garçons et 41 filles
IIe classe de l’école maternelle : 54 dont 25 garçons et 29 filles

Les écoles de Wintzenheim en 1910, bien installées dans les bâtiments que la municipalité leur abandonna en 1852. Au premier plan, la fontaine à balancier qui se trouvait à l'emplacement de l'actuel Arbre de la Liberté (collection Guy Frank)

Existe-t-il un plan de cet ensemble avec l'implantation de l'école des filles, des garçons, de la maternelle, du logement des sœurs et du logement des instituteurs ?

Comité de direction de l’école locale

Ce comité est composé de M. le maire A(loyse) Meyer, le président, et de monsieur le curé (Alphonse) Straumann.
Membres :
- M. le rabbin Dr Joseph Zivi,
- M. le pharmacien (Jérôme) Lückert,
- M. le commerçant Bloch,
- M. le gourmet (Weinsticher René) Birgy.

Inspection de Colmar

En ce moment les écoles de l’arrondissement de Colmar sont placées sous l’autorité du directeur scolaire de l’arrondissement, Munsch.

Conseil d’école du district

A la tête de l’instruction publique pour le district de la Haute-Alsace se trouve Fischer, inspecteur des écoles du district et conseiller du gouvernement [régional] d’Alsace-Lorraine. Conférence à Wintzenheim où se rencontrèrent toutes les collègues du canton. Sœur Marbach a raconté aux enfants la vie et l’œuvre exemplaire de la reine Louise. L’inspecteur du district Fischer nous a honorées de sa présence.

Ecole Wintzenheim 1913

La 4ème classe de l'école des filles de Wintzenheim en 1913 (collection Yvonne Meyer, Hôtel Meyer)

ANNEE 1914

21.04.14

Début de la nouvelle année scolaire.
La 1ère classe de filles compte 30 écolières
La 2e classe de filles compte 42 écolières
La 3e classe de filles compte 54 écolières
La 4e classe de filles compte 28 écolières
La 5e classe de filles compte 23 écolières
Total : 177
La 1 ère classe de maternelle compte 33 garçons et 29 filles
La 2e classe de maternelle compte 29 garçons et 34 filles
Total : 125 dont 62 garçons et 63 filles

24.06.14

Conférence à Obermorschwihr, tenue par Mme Fenger, maîtresse en ce lieu.

27.06.14

Conférence missionnaire dans la salle communale catholique de Colmar.

01.07.14

Excursion à Issenheim, Soultz, Thierenbach.

29.06.14 - 07.07.14

Congé pour les foins (fenaison), l’après-midi seulement.

Guerre de 1914

31.07.14

Jour de la proclamation de l’état de guerre.

01.08.14

Les vacances annoncées pour le 30 du mois ont dû être avancées au 7. Comme on manque de bras partout et que 800 hommes environ sont partis à la guerre, les enfants peuvent apporter une grande aide pour la rentrée de la moisson, des pommes de terre. Pour le soin des blessés, 3 hôpitaux de campagne ont été installés.

07.08.1914

Le 1er dans l’école maternelle avec 15 lits
Le 2e dans la salle commune Laurentia avec 17 lits
Le 3e dans la salle commune catholique avec 20 lits.
Dans un cours conduit par M. le Dr Pflimlin, 40 membres masculins et 60 féminins des colonnes sanitaires nouvellement constituées ont été formés pour leur mission ; parmi eux les enseignants et enseignantes.

Le lazaret ou hôpital militaire de campagne installé dans la salle Laurentia
(collection Marc Haeffele)

15.08.14

Des canonniers bavarois ont fait sauter la mignonne petite église située sur le Letzenberg

Chapelle Letzenberg

La chapelle du Letzenberg, construite par Antoine Herzog, fut dynamitée par les Allemands le 15 août 1914
(photothèque SHC - Société d'Histoire et de Culture d'Ingersheim)

21.08.14

La domination française à Wintzenheim qui n’a été que de courte durée.

22.08.14

Combat entre Wintzenheim, Ingersheim, Logelbach. L’écolier (Émile) Boberieth, âgé de 9 ans, a été le premier blessé. Il a essuyé un coup de feu dans le mollet et a été le premier à être soigné dans l’hôpital de campagne de l’école maternelle. Deux Français et un lieutenant ont été tués.

Logelbach 22 août 1914

L'usine Scheurer au Logelbach après les combats du 22 août 1914 (collection Guy Frank)

Ces combats du mois d'août 1914 sont relatés en détails par Ludovic Conte dans son article "Été 1914, Wintzenheim dans la tourmente"
paru dans l'Annuaire de la Société d'Histoire de Wintzenheim N° 2 - 1998, pages 35 à 54 (16 euros) Bon de commande à imprimer

23.08.14

Enterrement des deux Français dans notre cimetière, alors que le lieutenant Capelle a été emmené à Gérardmer dans un cercueil. Le capitaine a tenu l’oraison funèbre qui suit :
(en français dans l’original)
" Salut au lieutenant Capelle qui est mort sur le sol d’Alsace, sur le champ d’honneur pour la France et pour la délivrance de l’Alsace, pour laquelle nous sommes tous prêts à verser notre sang. Lieutenant Capelle, Adieu ! "


Illustr. n° 3776 du 17.07.1915 planche 60

Livre d'or des officiers du 152e RI morts pour la France

Illustr. n° 3814 du 8 avril 1916 planche 187

Le lieutenant Jean Capelle (né à Paris le 11 mars 1883 - mort à Wintzenheim le 22 août 1914) - Citation : Atteint mortellement dans un combat le 22 août 1914 en chargeant à la tête de sa section, a appelé un sous-officier pour lui passer le commandement, lui a donné des conseils sur la conduite à tenir jusqu'aux derniers instants et est mort en disant à ses hommes : "Courage les enfants, c'est pour la France". (Source : Annuaire de la SHW N° 2 - 1998, page 47). Wintzenheim reconnaissante baptisera l'une de ses rues du nom de ce lieutenant.

26.08.14

Plusieurs hommes ont été emmenés comme otages.

29.08.14

Combat autour de Wintzenheim. Le régiment wurtembergeois N° 121 de l’armée territoriale avançait en provenance d’Eguisheim vers Wintzenheim. Il s’ensuivit un violent combat qui a duré de 11 heures du matin jusqu’à 2 heures de l’après-midi environ. Les Français se retirèrent en toute hâte dans la vallée de Munster en passant par le vignoble. Ce combat coûta 11 hommes de l’armée territoriale à nos troupes ; ils reposent au cimetière de Wettolsheim. La chapelle des Grâces a été violemment bombardée.

12.10.14

Début de l’école après les vacances d’automne.

27.11.14

 Cantonnement.

ANNEE 1915

13.01.15

Une compagnie à ski traverse la petite ville vers 1 heure et se dirige vers la vallée de Munster.

28.01.15

Important cantonnement.

26.02.15

Congé scolaire à la demande du président du district. Sont mis en congé 34 garçons de Wintzenheim et Logelbach et 31 filles de Wintzenheim et Logelbach.

06.04.15

Avions ennemis (français) au-dessus de nous ; ils sont canonnés depuis Colmar, mais sans succès.

13.04.15

Début de l’année scolaire 1915.
La 1ère classe compte 35 écolières, dont 1 protestante et 1 mennonite
La 2e classe compte 42 écolières, dont 1 protestante
La 3e classe compte 53 écolières
La 4e classe compte 50 élèves dont 23 filles et 27 garçons
La 5e classe compte 50 élèves dont 20 filles et 30 garçons, dont 1 protestant
Total : 173 (filles)
La 1ère classe de l’école maternelle compte 22 garçons et 43 filles
La 2e classe de l’école maternelle compte 15 garçons et 24 filles
Total : 104 (enfants)

Pâques 15

Les écoles de l’arrondissement de Colmar ont été placées sous la direction de l’inspecteur impérial d’arrondissement M. Wimmer.

19.04.15

Sur ordre de l’inspecteur d’arrondissement, les classes inférieures a/ et b/ ont dû accueillir des garçons [supplémentaires].

04.05.15

Aujourd’hui congé scolaire. Grande victoire (de l'Allemagne) sur les Russes en Galicie occidentale. Solennelle sonnerie des cloches.

09.05.15

Cantonnement du bataillon de chasseurs. Quotidiennement des canons et de lourds charriots de munitions raclent bruyamment nos rues en traversant la petite ville.

04.06.15

Prise de Prezemysl (dans le sud-est de la Pologne). Congé scolaire.

10.06.15

Plusieurs localités de la vallée de Munster sont évacuées et les habitants traversent notre petite ville avec leurs affaires en direction de Colmar. Ces gens sont à plaindre.

Juin 1915 - Route de Munster à Wintzenheim. Pendant les combats de 1915, les villages du fond de la vallée de Munster étaient pris sous le feu de la bataille et furent détruits. Leurs habitants durent les évacuer d'urgence sur ordre du commandement militaire. Les familles empilèrent en toute hâte sur le char à ridelles lits et meubles afin de les sauver de la destruction et les conduire hors de la vallée. C'est ainsi qu'à Wintzenheim on vit passer la population de la vallée de Munster fuyant les combats avec meubles et bagages pour chercher refuge dans la plaine. Là où les hommes étaient enrôlés dans l'armée, les femmes avaient la charge de toute la famille (collection E.S.)

13.06.15

55 chasseurs alpins (français) passent sous la protection de nos Uhlans (cavaliers armés d’une lance et coiffés de la tschapka).

14.06.15

1er transport de 35 Français prisonniers.

19.06.15

2ème transport de 200 Français prisonniers.

20.06.15

7 chasseurs alpins, certains légèrement blessés. La nouvelle circulait que notre collègue Friton, après 10 années d’enseignement à Wintzenheim, est décédé au champ d’honneur pour la Patrie, près de Neuville en France. Qu’il repose en paix en terre étrangère !

22.06.15

Les après-midi des 14, 15, 18, 19, 21, 22 juin : libres pour cause de fenaison.

23.06.15

Une solennelle sonnerie de cloches annonce la reconquête de Lemberg (en Galicie). Congé scolaire.

25.06.15

6 hôpitaux de campagne sont installés ici :
- le 1er dans la maison commune catholique pour ceux souffrant de maux d’oreilles, de nez, d’yeux (111 ou 119 rue Clemenceau)
- le 2ème dans la Laurentia (71 rue du Mal Joffre)
- le 3ème dans la maison Bloch près de la pharmacie (46 rue Clemenceau ?)
- le 4ème dans la brasserie Gspann (2 rue de la Brasserie)
- le 5ème dans le jardin d’hiver (Wintergarten Paul Ulmer, 17 rue Clemenceau)
- le 6ème dans la maison d’école (31 rue Clemenceau)

En face des écoles, dans la rue de la Brasserie, le restaurant (actuellement Chez Lucien) a aussi été réquisitionné par l'armée allemande pour les blessés (collection Guy Frank)

26.06.15

Suite à l’occupation des salles d’école, les dispositions suivantes sont prises. Reçoivent un enseignement à mi-temps :
- la 1ère classe de garçons et la 1ère classe de filles dans la salle de la 1ère classe de filles
- la 2ème classe de garçons et la 3ème classe de filles dans la salle de la 3ème classe de filles
- l’école israélite et la 2ème classe de filles dans la salle de la 4ème classe de filles.
À compter du 28, il ne reste plus que 2 salles de classe à disposition.

28.06.15

Parade de la 73ème cantonnée [ici] devant le général commandant d’armée von Falkenhausen et le général von Gaede. L’orchestre militaire, cantonné dans l’école maternelle (salle de gauche) a joué une marche allante.

29.06.15

38 chasseurs alpins, sous la protection de 6 Uhlans, traversent la petite ville.

30.06.15

24 chasseurs sous la protection de 4 Uhlans.

01.07.15

Passage du baron von Bahrfeld.

02.07.15

120 (prisonniers) Français, sous la protection de 12 Uhlans, traversent la petite ville. Derrière eux suit un camion avec de nombreux blessés ; ils sont déposés dans notre hôpital de campagne. Ils viennent de la vallée de Munster où de durs combats ont lieu en ce moment.

Au cours de la bataille de Metzeral, l'armée allemande a fait des prisonniers. A la hauteur de la place des fêtes, les Uhlans chevau-légers armés de leurs lances emmènent fièrement un groupe de chasseurs alpins. A droite, la gare en bois du train à vapeur Colmar-Wintzenheim. Au centre, le hangar de la locomotive, où pénétraient les rails. NB : Les chevau-légers (sans x au singulier comme au pluriel) sont des soldats appartenant, comme leur nom l’indique, à la cavalerie légère (collection Guy Frank)

11.07.15

De bon matin 5 jeunes chasseurs alpins et 8 le soir ont été conduits à travers la ville en tant que prisonniers. Le dernier, sûr de son retour dans sa patrie, était content et riait dans sa barbe.

14.07.15

La division de réserve prussienne est remplacée par la 8ème bavaroise qui avait quitté la vallée de Munster depuis mai pour aller combattre en Galicie.

16.07.15

La compagnie d’équipement N°5 de la Haute-Alsace sera cantonnée ici. Elle va réparer les tranchées près de Saint-Gilles, en mettre des nouvelles et poser des réseaux de barbelés. Une escouade de cette compagnie, composée de compatriotes de Blodelsheim et de Hirtzfelden, s’est nichée dans l’école israélite.

20.07.15

Tôt ce matin, à 6 heures, des avions ennemis au-dessus de Colmar. Nos canons anti-aériens de Colmar les canonnent sans succès. Ils s’éloignent vers le sud. Toute la journée terrible tonnerre de canons. Vers le soir et durant la nuit, transport de nombreux blessés dans les hôpitaux de campagne d’ici. Un chasseur alpin est aussi amené dans l’hôpital de campagne de la 4ème classe de garçons. Il est simple soldat, blessé au bras gauche et, dans sa profession civile, professeur de droit à l’Université de Grenoble ; un deuxième avec blessure au poumon.

Maison d'école. La porte d'entrée du bâtiment abritant les blessés était protégée par un appentis en bois.
Dans la cour stationnaient les ambulances hippomobiles prêtes à intervenir (collection Guy Frank)

Le 20 juillet 1915, première mission de l'escadrille MF 29 de bombardement de Belfort
Le 20 juillet, première mission opérationnelle de bombardement. Il s'agit d'empêcher les trains de débarquer des troupes en gare de Colmar pendant l'attaque de la division sur Munster. Six avions décollent. L'itinéraire choisit pour arriver sur zone a été le suivant : Belfort - Saint-Amarin - Guebwiller - Colmar. Chaque avion emporte 2 obus de 155 mm et 2 obus de 90 mm. Les résultats de tir sont les suivants : un obus de 155 explose sur les rails de la gare de marchandises, un autre tombe sur la grande gare et finalement 4 obus de 90 mm tombent sur les rails de la gare de marchandises où étaient stationnés les trains. Tous les autres projectiles ont ratés leur cible mais n'ont pas touché la ville. Le retour se fait par le même itinéraire.
Le soir du même jour, une autre mission est réalisée contre la gare de Colmar et ses environs immédiats. La mécanique ayant bien travaillée, c'est cette fois huit MF 11 qui vont être engagés dans cette mission. Les opérations ne se passent pas comme prévues. Seulement deux MF 11 bombardiers passent les lignes, les autres font demi-tour. Les deux équipages restant larguent chacun 2 obus de 155 et deux autres de 90 sur les voies à proximité immédiate de la gare de Colmar.
Source : http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille029.htm

 21.07.15

Notre collègue, le maître Hueber, est maintenant aussi incorporé. 12 heures midi, passage d’environ 100 chasseurs alpins ; certains d’entre eux sont légèrement blessés et ferment la marche.

23.07.15

Deux blessés sont décédés dans l’hôpital de campagne Laurentia suite à leurs blessures ; ils ont été enterrés dans une fosse commune dans notre cimetière.

27.07.15

Les grands blessés sont examinés aux rayons X par un médecin spécialisé ; ainsi, pour le bras, la tête, le poumon, la main, etc…

29.07.15

Cantonnement des [soldats du] 22ème bavarois, revenus de la vallée de Munster.

02.08.15

Vaccination générale contre le typhus (1ère fois)

09.08.15

Vaccination générale contre le typhus (2ème fois)

16.08.15

Vaccination générale contre le typhus (3ème fois)

15.08.15

Fête de l’Assomption de Marie. Visite éminente à Wintzenheim de Sa Majesté le roi de Bavière qui est venu pour une revue de ses troupes combattant dans les vallées de Munster et de Kaysersberg. À cette occasion, il inspecte nos hôpitaux de campagne, sous la conduite de l’officier d’ordonnance, le baron von Stein, du médecin personnel, du président du district, de M. le directeur de l’arrondissement et de nombreux généraux. Il console les blessés et leur serre la main.

 

Après avoir passé ses troupes en revue, Louis III, roi de Bavière visita le Feldlazarett (hôpital ou infirmerie militaire de campagne) aménagé dans les locaux des écoles de Wintzenheim (collection Guy Frank)

17.08.15

Prise de la forteresse Kowno en Russie, annoncée par une festive sonnerie des cloches.

20.08.15

Les gens de Nowo Georgiewsk, 85.000 prisonniers, 700 pièces de canon, annoncé par une solennelle sonnerie de cloches (congé scolaire).

26.08.15

Solennelle sonnerie de cloches à l’occasion de la prise de Brest-Litowsk.

27.08.15

On fait traverser 2 prisonniers français avec un nouveau casque d’acier. De nombreux fugitifs venant de Munster se rendent à Colmar et au-delà avec le mobilier qui leur reste. Presque quotidiennement 1 à 2 soldats de l’hôpital de campagne local sont enterrés. Fête de la victoire dans l’école pour la prise de Brest-Litowsk.

29.08.15

Début des vacances d’automne ; elles durent 6 semaines. Pendant cette période, des cours pour aspirants-officiers ont lieu dans 2 salles de l’école des filles.

01.10.15

Sœur Adelinde Studer, qui a exercé ici pendant 22 ans, est mutée à Petit-Landau dans l’école des filles. Sœur Risch venant de Zellwiller reçoit un poste ici avec la classe inférieure b.

12.10.15

Reprise de l’enseignement. Quatre pièces de l’école des filles mises à notre disposition pour 5 classes de filles et 3 classes de garçons, de manière à ce que chaque classe puisse recevoir un enseignement pendant une demi-journée. À la demande de l’inspecteur d’arrondissement, dans le total des 4 heures on fixe quotidiennement pour chaque classe des leçons de 3/4 d'heure. Les salles de l’école des garçons restent des hôpitaux de campagne.

15.10.15

M. le maître d’école Have, réfugié venant de Munster, est affecté comme maître de la 2ème classe de garçons.

24.10.15

Le comte von Röderen, secrétaire d’État de l’Alsace-Lorraine, honore nos hôpitaux de campagne de sa visite.

26.10.15

L’enseignement est interrompu ; les 4 salles de classe sont transformées en cantonnements.

20.10.15

Fête des Hohenzollern (500ème). Solennelle sonnerie des cloches.

01.11.15

Célébration générale au cimetière pour les pauvres guerriers décédés. Les enfants de l’école cherchaient à rehausser la cérémonie avec le chant à trois voix " Wie sie so sanft ruhn " (Comme ils reposent si paisiblement).

07.11.15

Cantonnement dans toutes les classes de ceux de la 22 ème jusqu’au 15.11.1915. À la suite de quoi on a fait le nettoyage des différentes classes.

19.11.15

Reprise de l’enseignement sur 4 heures.

05.12.15

L’école postscolaire des filles est mise sur pieds.

14.12.15

L’état-major prend ses quartiers à Wintzenheim chez M. le notaire Wantzen.

24.12.15

L’état-major de la division, 150 hommes, s’est réuni dans les 3 salles de classe qui étaient abondamment décorées avec des rameaux de sapin, pour célébrer ici leur fête de Noël. Après celle-ci, ils eurent des cadeaux ; puis suivit un repas de fête qui consistait en un rôti et une salade de pommes de terre.

ANNEE 1916

07.01.16

Anniversaire du roi de Bavière ; congé scolaire.

27.01.16

Anniversaire de l’empereur. La fête a eu lieu dans le jardin d’hiver ; Son Excellence le baron von Stein y assista. Il a été salué par trois filles habillées en blanc. Alternativement on chanta et on déclama. L’hymne impérial marqua la fin de la fête. Le jour suivant, les filles habillées en blanc reçurent une broche de Son Excellence.

Le jour de l'anniversaire du Kayser était fête nationale dans l'Empire. En ces temps de guerre, l'armée étant en cantonnement à Wintzenheim, il aurait été impensable que l'on ne marquât pas cet évènement par une grande parade militaire. Les troupes défilèrent donc devant le général von Stein. Les officiers et notables de Wintzenheim étaient conviés à cette manifestation. Le photographe a saisi le défilé à son passage devant les écoles qui abritaient le quartier général (collection Guy Frank)

01.04.16

Depuis avril fonctionne la canalisation de l’eau.

Wintzenheim 1914-1918

De 1915 à 1917, on construisit les conduites pour raccorder les maisons au réseau de distribution d'eau afin de remplacer les puits. Le chef de chantier Fritsch, à droite, a tenu à immortaliser, avec Charles Kleim à sa gauche, l'instant du premier jet dans la propriété Andrès (collection Guy Frank)

03.05.16

Début de la nouvelle année scolaire 1916.
- La 1ère classe de filles compte 36 écolières.
- La 2ème classe de filles compte 43 écolières
- La 3ème classe de filles compte 53 écolières, 3 protestantes
- La 4ème classe de filles compte 48 élèves : 19 filles, 29 garçons, 3 protestants
- La 5ème classe de filles compte 60 élèves : 40 filles, 20 garçons, 1 protestant
Total : [ ? ]
- La 1ère classe de l’école maternelle compte 63 garçons, 51 filles
- La 2ème classe de l’école maternelle : les 2 classes sont rassemblées dans la 1ère
Total : 114
Israélites : 3 filles; protestants : 1 fille
Israélites : 2 garçons

Ecole Wintzenheim 1916

Sortie d'école en 1916. Derrière la sœur enseignante, un blessé soigné au "Lazarett" de l'école (collection C.S.)

06.05.16

Visite de M. l’inspecteur d’école Wimmer, précisément des 1ère, 2ème, 5ème classe.

18.05.16

Audience dans la 1ère classe (militaire).

14.06.16

La 1ère classe transformée en chapelle. Le service divin de guerre a été assuré pour les blessés de l’hôpital de campagne par l’aumônier militaire, M. Schauenberger. Il a tenu une allocution sur la vénération et l’adoration du divin cœur de Jésus. L’office a été embelli par la prestation de quelques cantiques chantés par les enfants de l’école et par l’accompagnement à l’harmonium de M. le directeur d’école Jaegy. Deux blessés ont reçu la sainte communion.

21.06.16

Réunion des fonctionnaires des cantons de Wintzenheim et de Munster ici dans la 2ème classe de filles, précisément pour les maîtres et maîtresses d’école. Environ 60 enseignants réunis sous la présidence de M. l’inspecteur scolaire de l’arrondissement Wimmer. M. le conseiller privé Fischer a honoré la réunion de sa visite. Une assemblée de guerre, comme l’a qualifiée d’entrée M. le conseiller privé, avec un ordre du jour chargé.
D’abord le directeur d’école Jaegy présenta sa classe dans un exposé d’une heure, à travers différents thèmes de guerre :
- Le 1er : informations du jour
- Le 2ème : sur le sucre
- Le 3ème : pourquoi les Turcs nous aiment bien (nouveau)
Conclusion : chant au drapeau à 3 voix de Thiele. Suivirent 3 exposés sur l’école postscolaire et les difficultés dans le travail scolaire en temps de guerre. Chaque compte-rendu était suivi par un débat animé. M. Wimmer insiste auprès des enseignants pour qu’ils gardent le contact avec les écoliers postscolaires, même pendant l’été, en fonction des situations locales.

04.10.16

Cantonnement de l’état-major prussien. L’après-midi 4 Français ont été faits prisonniers par les Prussiens et conduits à travers Wintzenheim.

05.10.16

Dix autres Français conduits de même.

17.10.16

Début des classes après les vacances d’automne.

22.10.16

La division quitte Wintzenheim.

24.10.16

L’après-midi à 3 heures visite éminente du révérend Mgr Zorn von Bulach, coadjuteur, avec son secrétaire M. Sommereisen, pour dispenser ici aux confirmands le saint sacrement de la confirmation.

28.10.16

Conférence sur l’école postscolaire.

03.11.16

Ouverture des écoles à 8h1/2 pour économiser la lumière dans les familles et dans les écoles, conformément à une décision de l’inspecteur régional des écoles.

24.11.16

Sœur Marbach tombée malade sera remplacée par sa consœur Adam.

5+7.12.16

Congé scolaire à l’occasion de la grande victoire à l’Argesul. Prise de Bucarest.

19.12.16

Visite du médecin de la division pour l’installation d’un hôpital de campagne du 14ème. Résultat : évacuation de toutes les salles d’école et des trois logements du personnel enseignant.

23.12.16

Demande au haut commandement de l'armée* à Strasbourg par M. le vicaire Meyer avec l’accord des personnels enseignants.

* A.O.K. : ArmeeOberKommando (haut commandement de l'armée)

26.12.16

À ce jour nous parvient la lettre suivante de M. Fischer : mes efforts auprès de la 12ème division sont restés sans succès. J’attends de mon personnel enseignant qu'il se résigne au désagrément de bon gré et sans murmures, pour la patrie .

ANNEE 1917

03.01.17

Réponse à la demande du 22.12.1916. Haut commandement de l'armée : pour des motifs militaires, la division se voit contrainte à son sincère regret d’apporter une fin de non-recevoir à l’aimable lettre de Votre Excellence datée du 23.12.1916. D’après le rapport du médecin de la division, l’école de Wintzenheim est le seul bâtiment approprié qui, après une évacuation complète, rend possible l’installation close de plus de 200 lits.
Pour les mesures d’ordre hygiénique, la tranquillité des blessés et l’administration de l’hôpital de campagne, il ne serait pas approprié que des personnes étrangères puissent occuper une partie des locaux.
Après pourparlers avec le maire de Wintzenheim, on peut pourvoir à un bon logement pour les familles des enseignants et les sœurs. L’hôpital de campagne a reçu des instructions pour apporter son concours au déménagement vers toute direction pour que les personnes concernées n’aient pas de frais.
Dans l’intérêt des blessés, Votre Excellence approuvera les motifs qui ont conduit à la décision prise par la division, et la division demande de faire parvenir cette décision aux impétrants.
Pour information et mise au courant du corps enseignant ainsi que du vicaire Meyer de Wintzenheim.
Le président du district, M. von Prettkamer, Colmar

22.01.17

Fermeture et évacuation des écoles.

26.01.17 - 03.02.17

Occupés par le déménagement, aidés par 12 hommes avec voitures de la compagnie de l’hôpital de campagne. Nous nous établissons dans la maison Muller N° 4 dans la rue Principale, la première maison à gauche de la route Wintzenheim-Colmar.
De février à octobre 1917, nous faisions classe sur la tribune dans l’église, en partie dans la chapelle.

23.03.17

Aujourd’hui on descend les cloches de l’église pour les offrir à la patrie.

02.04.17

Fin de l’instruction sur la tribune de l’église paroissiale. 23 écolières ont été mises en congé, 19 de la 1ère classe et 4 de la 2ème.

05.06.17

Début de l’instruction sur 4 heures dans l’école des garçons qui nous a été attribuée en urgence pour un usage prolongé.
La 3ème année des garçons est réunie à la 3ème année des filles et les deux reçoivent ensemble l’instruction qui leur est dispensée par la maîtresse, sœur Marbach.
Dans la nuit du 5 juin, plusieurs avions ennemis se trouvaient au-dessus de nous. Les canons de défense de Colmar causaient d’assez gros dommages dans le Bärenthal. Des chemins ont été éventrés, des arbres arrachés, les pommes de terre et les vignes ont été projetées au loin, etc… On a compté 21 gros trous que petits et grands sont allés voir.

10.06.17

L’introduction du règlement sur le lait passa à la réalisation. Les particuliers fournisseurs de lait apportent le lait à livrer sur le lieu de la collecte, propriété communale, pour 0,28 mark par litre. Les ayants droit à l’approvisionnement sont les enfants jusqu’à 6 ans, les malades. Ils en reçoivent après chaque poinçonnage du bidon à lait pour 0,34 mark par litre. Le laitier garde 0,04 mark comme indemnité ; il en remet 0,02 à la mairie. 250 litres sont débités quotidiennement. Le fournisseur peut garder ½ litre par tête.

05.07.17

Pour la classe inférieure b sœur Sylvia Meyer remplace sœur M. Alfreda Risch appelée à Mulhouse.

23.07.17

9 avions ennemis ont survolé Wintzenheim vers 8 heures du soir à une grande altitude. Canonnés par nos canons de défense, ils se sont retirés par le même chemin. Devant la mairie, un trompette du bataillon de montagne wurtembergeois cantonné ici annonça à la population le danger des avions par des coups de trompette. De fait la traversée des rues était dangereuse pendant le survol. De nombreux éclats d’obus à balles (Shrapnels) ayant éclaté en l’air tombèrent sur la localité sans blesser personne heureusement. Lorsque le danger aérien intervient en temps scolaire, les classes se retirent dans la spacieuse cave de l’école des garçons.

28.07.17

Au cours de la semaine, sous la surveillance des maîtres et maîtresses, tous les enfants de l’école ont collecté avec application des épis et des orties pour le bien de la patrie. Résultat final pour plus tard.

30.07.17

Le bataillon de chasseurs montagnards cantonné ici depuis février nous quitte aujourd’hui en fanfare. Les compagnies en provenance du front passent la nuit dans les classes des filles, éventuellement dans les pièces d’habitation des enseignants. Dans l’école israélite, ils avaient un service dentaire.

31.07.17

Visite du matin de l’inspecteur d’arrondissement Wimmer, dans la classe inférieure b et la classe supérieure b. Assez long entretien avec Sœur Petra (Johanna).

01.08.17

Les hôpitaux de campagne réservés de la maison d’école des filles et du nouveau bâtiment sont occupés par la réserve de l’armée territoriale bavaroise. Ils sont envoyés dans la vallée de Munster.

03.08.17

A l’occasion de la chute de Czernowitz, le maréchal von Hindenburg a envoyé un télégramme à l’empereur qui dit en conclusion : « Je prie très humblement Votre Majesté qu’elle ordonne qu’on pavoise et qu’on tire une salve pour la victoire ». Sur quoi l’empereur a bien voulu ordonner : en Prusse et en Alsace-Lorraine il faut pavoiser et tirer des salves de victoire. Journal "Kurier"

08.08.17

De nouveau 3 avions ennemis tournaient en rond au-dessus de Colmar et lancèrent des bombes. Outre les bains municipaux fortement endommagés, on déplore aussi quelques victimes humaines. Vers 2 heures ils bourdonnaient au-dessus de Wintzenheim, canonnés sans succès par la défense anti-aérienne et rejoignant les lignes ennemies. 

Le bâtiment des bains municipaux fortement endommagé par le bombardement aérien français du 8 août 1917 (collection Alain et Solange Leclere, page 270 dans "Les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre", La Nuée Bleue) Am 7.8.1917 durch Fliegerbomb verstert. 5 Menscha han d’r Tod g’funda. Wiederufboi 1920. Sur la façade du 11 rue du Rempart à Colmar, cette inscription en alsacien rappelle que la maison fut détruite par les bombes le 7.8.1917 et que 5 personnes y trouvèrent la mort. Reconstruction en 1920 (photo Gilbert Bombenger, 10 décembre 2013) 

11.08.17

Visite répétée des avions à Colmar. Ils se retirèrent entre 5 et 6 heures du soir en passant au-dessus de Wintzenheim après un bombardement de la caserne des chasseurs couronné de succès.

12.08.17

Pour la 4ème fois, fête patronale en temps de guerre. Des avions ennemis se sont encore donnés Colmar comme objectif. Ils semblent vouloir viser le service des ravitaillements. Dans notre village, des écolières ont trouvé des éclats provenant des canons de défense anti-aérienne.

14.08.17

Des orages forts accompagnés de grêle. Fréquentation scolaire très faible suite au manque de matériel scolaire. Les enfants vont pour la plupart pieds nus à l’école, voire à l’église.

22.08.17

Vers 11h du soir, de violents tirs des canons de défense des environs ont mis la population dans une grande agitation. Une escadre aérienne ennemie qui venait d’arroser de bombes Fribourg et Breisach a été repérée. Des projecteurs éclairaient le ciel nocturne. Petits et grands s’en tirèrent avec une simple frayeur. J’entends juste qu’un lieutenant d’aviation français a dû atterrir à Kientzheim et a été conduit comme prisonnier à travers Colmar.

24.08.17

Nos classes de filles ont livré aujourd’hui 28 kg de noyaux de fruits à Turckheim, lieu de collecte. On leur a payé un montant de 2,80 marks.

25.08.17

Le semestre d’été est terminé, les vacances d’automne commencent. Elles vont durer 7 semaines.

22.09.17

L’école des filles a livré à la filiale colmarienne de la société de transport et de dépôt 42 kg d’orties et a obtenu pour cela 5,88 marks de la S.à.r.l. d’utilisation des fibres d’orties.

16.10.17

Début du semestre d’hiver dans l’école des garçons ; instruction sur 4 heures.

18.10.17

Sœur Alvina Riegert est arrivée pour remplacer à l’école maternelle sœur Erhardine Schrepf malade, qui a exercé pendant 27 ans ici.

26.10.17

Cet après-midi l’inspecteur d’arrondissement Wimmer a visité les 2ème, 3ème et 4ème classes de filles. Nos classes de filles ont recueilli 61 marks pour le 7ème emprunt de guerre (résultat total : 2 ½ milliards).

01.11.17

Trois avions ennemis ont survolé notre petite ville, ont lâché une bombe dans la cour de l’hôpital de campagne de la garnison à Colmar. Un avion de combat allemand a descendu un des avions ennemis entre Wettolsheim et Eguisheim. Les occupants, des Français, l’un plus âgé, l’autre plus jeune, sont morts.

03.11.17

A l’occasion de la grande victoire en Italie à la 12ème bataille de l’Isanzo*, les maisons ont été décorées de drapeaux et les enfants avaient un congé scolaire.

* La première bataille de l'Isonzo (fleuve) fut livrée le 10 juin 1915 en Italie contre les Autrichiens. Douze offensives au total se succéderont jusqu'en octobre 1917 provoquant d'énormes pertes. Entre juin 1915 et novembre 1917, plus de 300.000 soldats italiens et austro-hongrois perdirent la vie.

15.11.17

Ouverture de l’école postscolaire ; 21 écolières se sont annoncées.

19.11.17

Le roi Albrecht von Württemberg a honoré de sa visite notre petite ville richement pavoisée. Il arriva dans une auto fermée, avec une suite nombreuse, de Saint-Gilles où il a inspecté et passé en revue ses vaillantes troupes. À l’hôtel de ville, le grand seigneur a été salué par le maire Birgy ; sur quoi trois filles habillées de blanc lui offrirent, après un sincère souhait de bienvenue, des bouquets de fleurs magnifiquement arrangées. Dans la salle de l’hôtel de ville superbement apprêtée et qui sert pour le moment de casino [cercle des officiers], tous les messieurs prirent une solide collation. À 6 heures (22 voitures), ils quittèrent la petite ville.

Allocution pour Sa Majesté le roi du Wurtemberg :

« Majesté, on m’a dit que je pourrais, au nom de tous, présenter l’heureux salut de bienvenue au bon roi du Wurtemberg qui honore aujourd’hui notre petite ville de sa présence. Sans doute ne suis-je pas coutumière de la manière qui convient le mieux pour s’adresser à une tête couronnée; malgré cela mon cœur jubila. Cela me donne ainsi l’occasion de remercier Votre Majesté pour la distinction honorifique dévolue à mon bien-aimé père, le maire de cette localité. Ensuite, j’ai entendu si souvent louer l’amabilité simple de Votre Majesté que je ne crains pas de me produire publiquement et de faire savoir en toute simplicité ce qui meut notre âme. Si morne et lourd est le temps que nous vivons, qu’une lueur de joie comme celle qui nous éclaire aujourd’hui est ressentie de façon doublement intime et profonde. Outre la joie, une profonde reconnaissance remplit notre cœur à l’égard du roi de ce pays [le Wurtemberg] dont les enfants se tiennent près de notre « marche » avec un courage viril si grand et un esprit de sacrifice sans exemple et offrent leur sang et leur vie pour nous conserver la chère patrie [l'Allemagne]. Puisse le Seigneur des armées bénir leurs armes et accorder à son très aimé roi la glorieuse fierté grâce à la bravoure et à la fidélité au devoir de ses sujets, pour le triomphe définitif et une paix honorable ».
Marguerite Birgy

Par la suite, les enfants mentionnés reçurent par courrier des pièces de monnaie avec l’effigie du roi.

12.12.17

Réunion pour tout le personnel enseignant à Colmar, pour l’apprentissage de la cordonnerie de guerre. Nos écolières de la 1ère classe comme celles de l’école postscolaire ont fabriqué avec application des chaussures aussi bien en étoffe qu’en maïs ou paille. À cause de la pénurie et de la grande cherté du matériel scolaire, l’apprentissage de ce métier de guerre est suivi avec intérêt.

22.12.17 - 08.01.18

Durée des vacances de Noël.

ANNEE 1918

27.01.18

Fête de l’anniversaire de Sa Majesté dans la salle joliment décorée de l’hôtel Meyer. M. le commandant ainsi que de nombreux officiers et le conseil municipal local écoutèrent les ingénieuses déclamations des enfants. M. le maître d’école Netter fit le discours officiel. Petits pains et bonbons remplaçaient l’habituel gâteau impérial.
Vers 9 heures du matin, une puissante détonation. Une bombe tomba dans le Hengst, une autre dans le jardin de l’hôpital. Par le souffle de la déflagration, toutes les vitres des fenêtres (63) sur la façade arrière ont été mises en pièces.

10.02.18

Assemblée populaire de nuit du service patriotique d’Alsace-Lorraine avec la coopération de la classe des filles et garçons (voir article de journal derrière).

11.02.18

Clôture de l’école postscolaire qui était fréquentée pendant l’hiver en moyenne par 20-25 écolières. Application et bon comportement étaient dignes de louanges.

19.02.18

De nouveau la population a été effrayée, cette fois-ci d’après ce qu’on entend, par les canons de la défense anti-aérienne installés dans un champ de vigne en face de la station d’arrêt de Wettolsheim. À 8 heures du matin le tram est prêt pour le départ. Soudain une grenade percute la locomotive et explose sur la chaudière qui conserve, imprimée par des centaines de trous et de bosses, la marque du désagréable visiteur. Un énorme nuage de vapeur monte en l’air, un sifflement sans pareil. Bien que le tram n’ait subi aucun dommage par ailleurs, un soldat juste de passage, père de 7 enfants, a dû y laisser sa vie. Un éclat le toucha au cœur et le tua sur le coup. Il repose dans le cimetière local à côté de ses braves compagnons d’armes ; que Dieu leur donne le repos éternel ! Dans la même heure un obus non éclaté vola dans la maison Hirlemann, traversa 3 pièces et se ficha dans le sol de la cuisine où étaient assis la femme et 2 enfants. Merveilleuse protection divine !

Locomotive à vapeur Wintzenheim

La locomotive à vapeur de la ligne Colmar-Wintzenheim. A gauche, Émile Lichtle avec sa sacoche (collection Denis Haeffele)

13.03.18

Conférence de tout le personnel enseignant de l’arrondissement de Colmar dans le gymnase de l’école moyenne des garçons. Exposé instructif de l'aumônier du service des étapes (services de l'arrière), Hanhart, sur le service patriotique. L’inspecteur d’école Wimmer décrivit d’une manière intéressante son voyage sur le front de l’Est et nous montra une vue de la vieille ville allemande Riga, dans le passé, le présent et le futur. (Riga est l’actuelle capitale de la Lettonie)

19.03.18

À 3 heures de l’après-midi dans la salle commune Laurentia, projection gratuite de photographies pour les enfants de l’école, organisée par le service patriotique d’Alsace-Lorraine.

20.03.18

À 3 heures nouvelle présentation cinématographique, 20 pfennigs pour la jeunesse scolaire. Magistral, évocateur, visant des objectifs historiques. Le soir à 8 heures, cinéma pour les adultes.

23.03.18

Examen de sortie pour 31 filles et [ ? ] garçons. Étaient présents M. le maire Birgy, M. le curé Straumann, MM. Zivi, Jaegy, Netter. La maîtresse sœur Petra fit passer l’examen en allemand : lecture : « Le pauvre musicien et son collègue », puis calcul. La maîtresse des matières spécifiques, sœur Johanna M. : histoire et géographie ; pour finir le chant « Kennt ihr das Land ? » (Connaissez-vous le pays ?) dirigé par sœur Marbach.

25.03.18

A l’occasion de la victoire près de Mondry-Saint-Quentin-Lafère, congé scolaire.

26.03.18

Début des vacances de Pâques.

07.04.18

Célébration de la 1ère communion, 26 filles, 20 garçons.

09.04.18

Reprise de l’enseignement. Sœur Alvina est mutée à Réguisheim.

                                                    Installation des classes de filles. Pâques 1918.

   Classe

   Année Scolaire

Écoliers

Total

Filles - Garçons

   Ie

   6e et 7e

36

20  -  16

   IIe

   4e et 5e

51

21  -  30

  IIIe

   3e

59

39  -  20

  IVe

   2e

62

31  -  31

   Ve

   1ère

58

21  -  37

 

 Total

266

132  -  134

Total : 266 écoliers
École maternelle : 120 enfants.

Remarque :
Concernant les 3 premières années scolaires : les garçons suivent les cours dans les classes des filles correspondantes. Comme les classes des filles et, par moments, le logement des sœurs, servent toujours à des fins militaires (infirmerie, cantonnement), l’instruction se fait toujours en alternance par ½ journées, le matin de 8h à 12h, l’après-midi de 1h à 5h.

15.04.18

Introduction de l’horaire d’été : l’heure est avancée d’une heure.

17.04.18

Nos classes des filles ont récolté la somme de 162 marks pour le 8ème emprunt de guerre. Le montant est transmis aujourd’hui au central : caisse d’épargne de la ville de Colmar (résultat 14 ½ milliards de marks).

20.04.18

Sœur Ceciliana, venant de Rosheim, est arrivée aujourd’hui comme directrice de l’école maternelle. Sœur Meinradine participe présentement à un cours pour gardiennes de garderie d’enfants que l’association Alsace-Lorraine pour l’assistance et l’éducation régionale donne à Strasbourg.

23.04.18

L’inspecteur d’arrondissement Wimmer rendit visite l’après-midi aux 5e, 4e, 3e et 2e classes ainsi qu’à l’école maternelle.

02.05.18

Nous avons participé à l’office funèbre à l’église Saint-Joseph de Colmar qui s’est déroulé à l’occasion de la mort au champ d’honneur du lieutenant et adjudant-major de bataillon Alexandre Wimmer (fils). Qu’il repose en paix en terre étrangère ! Trois braves jeunes gens d’ici ont aussi trouvé la mort dans les durs combats sur le front Ouest : Émile Weinmann, Laurent Erhard, Paul Stahl.

18-28.05.18

18-28 mai : durée des vacances de Pentecôte. À cause de la participation de la jeunesse scolaire au 8ème emprunt de guerre, nous avons encore eu un jour de congé supplémentaire.

31.05.18

Toutes les classes supérieures ont fait aujourd’hui une tournée de mai dans le Hengst pour ramasser les cigariers* nuisibles [insectes parasites de la vigne] ; à la mairie on leur donne 20 marks par litre.

Le "Stichling" en français "cigarier de la vigne" est un insecte de belle couleur bleuté, de la taille d'une petite coccinelle qui au printemps enroule une jeune feuille de vigne comme un cigare pour y pondre ses œufs. Une trop grande présence de ces parasites freine et handicape le développement printanier de la vigne (baisse de l’activité chlorophyllienne). Encore dans les années 1960, sa chasse se faisait avec une bouteille et un entonnoir pour les attraper et les brûler dans le fourneau de la cuisine au retour à la maison. Depuis quelques années, du fait de "l'allègement" des produits insecticides, on en voit de nouveau apparaître. 
(information communiquée par Gérard Schaffar, vigneron à Wintzenheim)

Et en effet, dans le "Internationales und interregionales Fachwörterbuch zur Sprache und Kultur des Weines" on trouve la définition suivante qui le confirme :
Stichling m.: Rebstichler (Byctiscus betulae L.; Schädling der Rebe)

[ ? ].06.18

Collecte du don Ludendorff pour les mutilés de guerre. La commune d’ici a atteint un résultat qui fait plaisir : 2200 marks. Nos classes de filles ont aussi contribué pour 27 marks. Comme souvenir, nous avons reçu une image « Hindenburg et Ludendorff » qui prendra sa place d’honneur dans la 1ère classe de filles.

À partir du 1er juillet, la distribution des vivres est passée aux épiciers.

16.07.18

Les garçons et les filles âgés de 12 ans sont occupés, le matin de 8h1/2 à midi et sous la surveillance de leur maître ou maîtresse, à cueillir du feuillage dans la forêt proche, près de Saint-Gilles. À 12 heures ils reçoivent de la cuisine roulante (militaire) leur déjeuner qui consiste en une soupe d’orge mondée et un morceau de pain avec de la confiture. Ils s’étendent sur les prés qui se trouvent là et consomment leur repas avec un grand appétit. Ensuite on reprend le chemin du retour. Vers 2 heures on arrive fatigué à la maison.

01.09.18

Début des vacances. Suite à la maladie, la grippe, qui fait son apparition et qui faisait aussi dans notre village des victimes parmi les jeunes et les vieux, elles sont prolongées jusqu’au 11.11.1918.
Les prix des produits alimentaires ont grimpé de façon considérable. Ainsi, par exemple :
- un muid* de vin, 160-200 marks, les vendanges ont été bonnes
- 100 têtes de choux jusqu’à 70 marks
- un sac de pommes de terre de 132 livres, 25-35 marks
- les carottes, 22 marks
- une livre de beurre, 16 marks et plus.

* Muid : ancienne mesure de capacité pour les grains et autres matières sèches et également pour les liquides. Pour les vins, le muid est une futaille de taille variant selon les régions. En Alsace, un demi muid représente actuellement une barrique de 500 litres.

Wintzenheim 1914-1918

Vers la fin de la guerre, la population civile connut une dure période de privations. Tout était rationné et il fallait patienter longuement pour quelques rares vivres. Ravitaillement communal sous la surveillance de l'abbé Meyer et du commissaire Stoessel (collection Guy Frank)

17.10.18

Sœur Erhardine Schrepf, très aimée et estimée de tous est décédée au couvent de Ribeauvillé après de longues souffrances. En reconnaissance de ses mérites au cours de ses presque 30 années d’activité dans l’école maternelle d’ici, la commune lui a dédié une messe dans la chapelle des Grâces. Qu’elle repose en paix.

Importants évènements politiques pendant les vacances :
La Bulgarie a capitulé.
L’Autriche-Hongrie a conclu un armistice.
Le prince Max de Bade devient chancelier d’empire. Il négocie auprès de Wilson sur les conditions d’un armistice pour l’Allemagne. Les 14 points de la note de Wilson sont acceptés.

11.11.18

Armistice. Conditions : voir annexe. Le journal annonce l’abdication de l’empereur, la renonciation du prince héritier au trône.

Un conseil des ouvriers et des soldats a été formé aussitôt ; le pouvoir militaire passe dans ses mains et il doit désormais veiller à ce que la paix et l’ordre règnent dans la population.

12.11.18

Une file de prisonniers de guerre français traversent notre petite ville et se dirigent de bonne humeur, en passant par la Schlucht, vers leur patrie attendue depuis longtemps.

13.11.18

Les soldats allemands évacuent le front. Une division entière, venant des positions de la vallée de Munster passe ici. La plupart s'étaient joints au conseil des soldats et quittent l’Alsace avec un insigne rouge. Un groupe porte un petit drapeau rouge avec l’inscription « Vive la République ! ».

15.11.18

Une voiture avec 2 soldats français arrive ici. Devant l’hôtel de ville, ils distribuent du chocolat aux enfants. Les premiers drapeaux tricolores apparaissent.

Ici se termine la chronique en allemand. La suite est écrite en français.


Copyright SHW 2014 - Webmaster Guy Frank 

E-mail : contact@knarf.info


Retour au Sommaire

WINTZENHEIM 14-18