WINTZENHEIM 14-18

L'Est Républicain - Collection Grande Guerre

Est Républicain - Collection Grande Guerre1914 : La guerre est déclarée

En août 1914, l'Europe s'embrase. La Première Guerre mondiale vient de commencer. Les armées française, britannique, belge et russe d'une part, allemande et autrichienne de l'autre, vont se combattre sur deux fronts. Les premiers mois de ce terrible conflit seront marqués par des hécatombes de part et d'autre. Des centaines de milliers de soldats tombent sous la mitraille et les bombes. Les populations civiles doivent fuir ou se cacher pour échapper aux représailles.*

Cartes postales d'enfants-soldats : Déjà avant la guerre, les enfants se faisaient photographier portant des uniformes à leur taille. Ces petits combattants étaient dotés de toute la panoplie avec sac à dos, gamelle, musette, fusils et baïonnettes proportionnés. Dès le début de la guerre apparaissent des dizaines de modèles de cartes postales, colorées et retouchées, sur lesquelles figurent ces enfants soldats qu'on baptisera plus tard de "graines de poilus". (page 66)

Lettres : Pour le combattant, écrire une lettre est un geste essentiel, un geste qui le rattache au monde extérieur. Il s'agit autant de raconter le quotidien que de garder un contact privilégié avec sa famille et ses proches. Les parents, femmes et enfants, de leur côté, sont assoiffés de nouvelles. La correspondance étant gratuite en raison de la franchise militaire, des millions de lettres seront envoyées chaque jour. Parfois écrites sur du simple papier ou le plus souvent sur des cartes postales. On ressent le désir des soldats d'informer, de raconter mais en même temps on devine, au-delà de la censure, un besoin de ne pas tout dire, de minimiser ce qu'ils voient et vivent pour ne pas inquiéter leurs proches.(page 85)

 Volume 1 - 96 pages - Paru le 01/09/10 - 7 euros


1915 : La guerre d'usure

 Un an que la guerre dure, un an que les armées française, britannique, belge et russe d'une part ; allemande, autrichienne, hongroise et ottomane de l'autre se combattent. Les opérations militaires à l'ouest comme à l'est, en 1915, ne débloqueront pas la situation. Ni en Lorraine, ni en Artois ou Champagne, ni même en Galicie où les Russes reculent pourtant. Londres décide un blocus maritime. Berlin réagit par une guerre sous-marine totale... Les Alliés renforcés par l'arrivée des Italiens qui ouvrent un nouveau front, tenteront d'éliminer la Turquie en débarquant dans les Dardanelles en avril. Huit mois plus tard, ils évacueront la côte turque...

Volume 2 - 96 pages - Paru le 01/09/11 - 7 euros


1916 : Le grand massacre

La guerre s'enlise. A l'ouest, la ligne de front qui s'étend des Flandres à la frontière suisse, semble pratiquement immobile. Les offensives de 1915, en Artois et Champagne, n'ont servi à rien. A l'Est, les Russes reculent. Pire, la guerre est devenue totale : elle n'engage plus seulement les armées de masse, mais elle implique désormais les sociétés entières, dans tous les domaines, sciences, techniques, économie et finances. Dans ces conditions, les états-majors français et anglais décident une grande offensive pour l'été. Ils ignorent que les Allemands vont les devancer.

Verdun, la Somme : deux lieux d'enfer, deux noms qui évoquent les plus meurtrières des batailles de la Première Guerre mondiale. Verdun devient un puissant mythe national : l'héroïsme des combattants et leur indépassable sacrifice symbolisent la volonté du pays tout entier de résister. Quant à la bataille de la Somme, une des "boucheries" les plus meurtrières de l'histoire de l'humanité, elle est inscrite à jamais dans l'inconscient collectif des Britanniques. Jamais, ils n'avaient perdu autant de soldats.

Volume 3 - 96 pages - Paru le 01/10/12 - 7 euros


1917 : L'année incertaine

"J'attends les chars et les Américains". La formule de Philippe Pétain dit, en quelques mots, tous les espoirs que soulève en France, l'entrée en guerre des États-Unis aux côtés des puissances de l'Entente. Marquée par la défection de la Russie en proie à une révolution bolchévique mais surtout par les échecs répétés des offensives alliées - notamment celle de Nivelle au Chemin des Dames et celle de Passchendaele lancée par Douglas Haig -, ainsi que par de profondes crises morales et politiques, 1917 succède à trois années tragiques qui, de la plus terrible des manières, ont initié les sociétés européennes aux réalités de la guerre moderne.

Volume 4 - 96 pages - Paru le 01/08/13 - 7 euros 


Copyright Guy Frank 2014

E-mail : contact@knarf.info

Retour au Sommaire

WINTZENHEIM 14-18